Énergie et environnement

Les images spatiales de la NASA montrent une baisse de la pollution chinoise en raison de l'épidémie de coronavirus

Les images spatiales de la NASA montrent une baisse de la pollution chinoise en raison de l'épidémie de coronavirus


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La NASA a publié des images satellites prises conjointement avec les satellites de surveillance de la pollution de l'Agence spatiale européenne qui montrent une diminution significative du dioxyde d'azote (NO2) sur la Chine. L'agence a rapporté que la réduction du dioxyde d'azote était due à l'épidémie du coronavirus.

CONNEXES: LE NOUVEAU VIRUS CHINOIS SOULEVE LE PROBLÈME DE LA QUARANTAINE

Le dioxyde d'azote est un gaz polluant nocif émis par les véhicules, les centrales électriques et les installations industrielles. Alors que la Chine ferme ses activités et son trafic, le gaz n'est plus présent. Les images présentées sous forme de cartes montrent NON2 valeurs à travers la Chine avant la mise en quarantaine (1er au 20 janvier 2020) et pendant la quarantaine (10 au 25 février).

Une chute dramatique

«C’est la première fois que j’observe une chute aussi spectaculaire sur une zone aussi vaste pour un événement spécifique», a déclaré Fei Liu, chercheur en qualité de l’air au Goddard Space Flight Center de la NASA.

Il y avait aussi une autre raison à la baisse du dioxyde d'azote et ce sont les célébrations du Nouvel An lunaire qui ont lieu en Chine et dans une grande partie de l'Asie. En raison de ces vacances, les entreprises et les usines ferment de la dernière semaine de janvier à début février. Cela se traduit par une diminution de la pollution qui a également été signalée dans des observations antérieures.

«Il y a toujours ce ralentissement général à cette période de l'année», a déclaré Barry Lefer, un scientifique de la qualité de l'air à la NASA. «Nos données OMI à long terme nous permettent de voir si ces montants sont anormaux et pourquoi.»

Cependant, les chercheurs notent que la nouvelle baisse a été plus importante que les années précédentes et qu'il n'y a pas eu de rebond après les vacances. En tant que tels, ils attribuent la baisse des niveaux de pollution aux quarantaines contre les coronavirus.

"Cette année, le taux de réduction est plus important que les années précédentes et il a duré plus longtemps", a déclaré Liu. «Je ne suis pas surpris car de nombreuses villes du pays ont pris des mesures pour minimiser la propagation du virus.»


Voir la vidéo: Coronavirus les émissions de dioxyde dazote chutent en Chine (Septembre 2022).