La biologie

Une maladie rare rend la femme orgasme 11 fois par jour

Une maladie rare rend la femme orgasme 11 fois par jour

Les gens entendent l'orgasme et ont tendance à penser que c'est une bonne chose. Cependant, cette femme du South Yorkshire, qui a 11 orgasmes par jour, dit que cela peut ressembler à un rêve, mais en réalité, c'est loin d'être agréable.

Lorna Harrison, 51 ans, souffre d'une maladie appelée trouble de l'excitation génitale persistante. Cette condition lui fait rencontrer des épisodes d'excitation douloureux, où elle ressent un battement douloureux dans son vagin. Cela ne peut être réduit que par un orgasme ou en attendant que l'excitation passe. Les épisodes peuvent durer des heures aux jours.

De la conduite sur un ralentisseur au nettoyage de la maison, les plus petites choses peuvent la mettre en colère et l'envoyer dans une frénésie.

VOIR AUSSI: GEORGIA MAN SOUTENANT UNE ÉRECTION DE 12 HEURES APRÈS AVOIR FUMÉ DE LA MARIJUANA A ÉTÉ HOSPITALISÉ

Oui, le trouble de l'excitation génitale persistante est une chose réelle. Pendant très longtemps, on a dit aux femmes que c'était juste dans leur tête; cependant, de nouvelles études ont révélé qu'il pourrait être causé par des lésions nerveuses de la colonne vertébrale. Les chercheurs ont découvert un lien entre le PGAD et les nerfs endommagés de la colonne vertébrale qui se traduit par une sensation d'excitation dans le corps humain. La victime n'a pas besoin de stimulation ou d'excitation sexuelle pour vivre ces épisodes. Et non, ce ne sont pas des nymphomanes.

Harrison en a été diagnostiquée après avoir roulé sur un dos d'âne en 2019, ce qui a entraîné des complications dans son vagin. Se rappelant son expérience avec le ralentisseur, elle a déclaré: «J'ai ressenti une sensation de battement et de bombement en dessous. J'ai eu de la chance de ne pas m'être écrasé car je perdais le contrôle de mon corps. "

Après avoir ressenti à nouveau les épisodes, Harrison a consulté son médecin. Un traitement contre l'épilepsie a été prescrit pour réduire la durée des crises et soulager les douleurs nerveuses. Elle a parlé de son état en disant: «Cela semble une bonne condition à avoir, mais c'est inconfortable, épuisant et cela se produit n'importe où et n'importe quand.»

«Une fois dans un supermarché, j'ai dû prendre des étagères pour me soutenir. Les gens me regardaient étrangement. Une autre fois, mon ami a mentionné mon petit ami. J'ai commencé à paniquer. J'avais déjà commencé à jouir et j'ai donc couru dans un magasin. "

Le fait qu’elle ait des orgasmes juste en entendant le nom de son partenaire (précieux-drôle, mais précieux) a également fait des victimes dans leur vie sexuelle. «Henry a trouvé ça drôle au début, mais maintenant nous ne pouvons plus nous embrasser passionnément car cela me met en mouvement. Il compte à rebours sur trois puis dit: "Là elle souffle!" "

Bien que la maladie soit extrêmement rare, elle cause un inconfort extrême à ceux qui la vivent. Deux cas de suicide ont déjà été signalés chez des femmes qui en souffrent.

Amanda McLaughlin, une autre femme atteinte du trouble, le résume en quelques mots: «Vous parlez d'excitation et cela semble être une chose amusante à avoir. Je reçois des gens qui disent «oh j'aurais aimé que ma femme ait ça» et pensent que c'est une blague. Mais voudraient-ils avoir un boner furieux 24/7? Je ne pense pas. "


Voir la vidéo: Sexualité, Dr. M; Reponses a vos Questions (Septembre 2021).